Présentation Devops au Women Techmakers Nantes

Dans le cadre du Women Techmakers Event de ce mois de mars, le Women in Technology et le GDG de Nantes organisent une soirée spéciale.

Au programme, la présentation de Women in Technology, un retour sur l’entrepreneuriat par Anaïs Vivion, et une présentation plus technique sur DevOps que j’assurerai.

La présentation se trouve en ligne ici.

Devoxx4Kids au Breizhcamp

Devoxx4Kids était au Breizhcamp pour une session le 13 Juin et le support au BreizhKids le 15 Juin.

Tout d’abord si Devoxx4Kids ne vous dit rien, c’est un projet open source qui regroupe les initiatives pour donner aux enfants le goût de la programmation, de la robotique et de l’ingénierie en général. Vous pourrez trouver des liens vers la communauté en langue française à partir de cette page Devoxx4Kids.

Dans la session, Audrey Neveu et moi avons partagé nos pratiques avec celles de bretons tout aussi passionnés que nous.

Voici un résumé des discussions. N’hésitez pas à faire des retours sur vos expériences avec ces jeux.

L’article est en deux partie, les plus petits et la programmation visuelle dans celui ci et l’apprentissage des langages sera dans un seond article.

Les tout petits

Avant la maîtrise de la lecture même les outils de programmation visuelle sont difficile à utiliser. Quelques pistes sur des jeux plutôt orientés vers la l’enchaînement logique d’opérations.


Robozzle : c’est un jeu en ligne dont le but est de sortir le petit robot du labyrinthe en écrivant un programme fait de mouvements de déplacement (aller tout droit, tourner à gauche, etc). Ce programme est ensuite joué et il marche ou pas. L’interface est en anglais mais le jeu est essentiellement graphique.

DrTechniko est un jeu à base de cartes où l’enfant doit déplacer un robot dans un parcours en ordonnant les cartes représentant divers mouvements. En général le robot est joué par un adulte.

Je sais lire !

OK, montre moi ça. On va pouvoir passer à des jeux basés sur la programmation visuelle.

Le plus connu est Scratch qui existe maintenant en 2 versions, la version 1 à installer et une toute nouvelle version 2 en ligne et en Flash qui demande soit un accès Internet soit d’installer un serveur local et un OS acceptant un player Flash :-/.

Scratch c’est aussi un réseau social permettant de partager ses projets.

C’est un outil de programmation visuelle basé sur des éléments colorés de divers types que l’on peut combiner pour déplacer un objet dans la scène, raconter des histoires, ou faire réagir l’objet à des actions sur le clavier.

L’accès est possible à partir de 6 ans, accompagné pour arriver à lire facilement les instructions et organiser son raisonnement, et autonome à partir de 8 ans. Le logiciel est en français si votre OS est en français.

Scratch a des extensions pour faire de la programmation visuelle d’autres types d’appareils comme par exemple Ardublock pour les Arduino. Il tourne aussi sur Raspberry Pi.

Je vous laisse découvrir l’excellent Mycophone à base d’Arduino dont l’auteur était parmi nous.

Alice est un jeu équivalent à Scratch mais pour faire des animations 3D. Il est écrit en Java.

L’accès est quand même plus compliqué et il n’est pas adapté aux moins de 10 ans. L’interface est moins intuitive, les déplacements des personnages et de la caméra en 3D sont plus compliqués et donc les fonctions sont moins évidentes. Le logiciel a un version française dans les options.

Mon robot défend ma chambre

Bien sûr nous n’avons pas oublié le Lego Mindstorm. Je l’ai mis un peu à part car contrairement aux logiciels précédents celui-ci n’est pas gratuit.

Il faut un robot et un ordinateur pour faire tourner le logiciel avec lequel on conçoit le programme du robot. Il faut aussi pas mal de temps pour assembler le robot, même le plus simple, le robot qui tire des billes lorsqu’il détecte un intrus.
C’est un jeu plus mobile et plus tactile que les précédents qui aborde la programmation par le déplacement du robot et la gestion des capteurs. C’est adapté au 10 ans et plus.

Dans le prochain article, les plus grands avec l’apprentissage des langages de programmation.

Hyperlapse

Avez vous déjà rêvé de partager un superbe point de vue entrevue au détour d’une route ? Et bien maintenant c’est possible.

Hyperlapse

Hyperlapse est une application de time lapse basée sur Google Street View. Le montage permet de voir la route comme si vous étiez dans une voiture.

La sociéité Teehan+Lax Labs présente quelques démos et cette vidéo montée. C’est du WebGL, il faut donc un navigateur assez récent et le chargement est prend souvent quelques minutes.

Le site utilise une version dont le frame rate est volontairement assez bas. Les sources en Javascript sont disponible sur GitHub. Hyperlapse.js et Three.js la librairie 3D pour ceux qui veulent faire d’autres applications.

Vos propres parcours

Le site Hyperlapse met aussi à disposition une IHM qui permet de créer ses propres parcours en choisissant une route d’un point A à un point B sur Google Map, et le point de vue à regarder (la croix).

La configuration nécessite une bonne connaissance de la carte et de la région du parcours pour trouver les points de vue intéressants et éviter que les vues zappent dans tous les sens. Les espaces doivent être assez dégagés et il faut aussi des trajets assez courts et droits car le nombre d’images est limité. Et il faut aussi qu’il y ait des routes disponibles, c’est bête à dire, mais au fin fond de la Camargue ou des Cévennes les routes n’ont pas forcément été relevées. Au final c’est quand même très bluffant.

Voici quelques essais sur des paysages français. Vous pouvez modifier dynamiquement le point de vue avec la main qui apparaît sur la vidéo, utile à savoir si à un moment donné la caméra pointe invariablement le ciel :o)

Le viaduc de Millau - Le pont du Gard - Bord de mer à Antibes - Bord de mer vers Toulon - Route de camargue vers les Saintes Maries de la mer - La corniche des Cévennes - Route des Cévennes vers l’Aigoual (et oui ils sont même allés jusque là avec une Google Car) -

D’autres time lapses

Il existe une application similaire qui est une publicité pour une marque de véhicules français. Le trajet est limité à 20 Km et on ne peut pas fixer le point de vue qui est sur la route. Il faut aussi connaître les adresses. En contrepartie le frame rate est plus élevé et on s’y croirait vraiment car les images sont très raccord. En revanche, elles sont de qualité assez médiocre.
Un exemple dans les Cévennes, pour la précision c’est entre entre Valleraugue et Notre Dame de la Rouvière dans le Gard, vous noterez qu’on n’est pas embêté par les voitures dans ce coin là.

Devoxx d’un point de vue très … objectif

Devoxx pour la plupart des gens c’est une avalanche de technologies. Pour moi cette édition de Devoxx a été consacrée à une seule technologie, celle des appareils photos.

Je sais maintenant à peu près à quoi servent la moitié des boutons et molettes de mon appareil. Les photos ne sont pas trop mal, probablement pas aussi propres qu’elles auraient dû être. Je ferai mieux la prochaine fois ;-)

infographie-devoxx-2013

Tests de performance au YaJUG

J’ai uploadé les slides de la présentation sur les tests de performance que j’ai faite au YaJUG fin Octobre.

Les présentations, la mienne, celle de Stéphane Landelle sur Gatling, et celle d’Antonio Gomes Rodrigues sur JMeter ont été filmées par le YaJUG et seront disponibles sur Parleys dans l’espace du YaJUG http://www.yajug.org/confluence/display/Public/Past+Events+2012.

A cette occasion je me suis rendue compte qu’on connait des petits trucs que les autres n’utilisent pas forcément.

Mon truc c’est d’utiliser les profils Firefox pour éviter la reconfiguration du proxy.

JMeter, comme la plupart des outils de test de charge, utilise un proxy HTTP pour enregister une séquence d’actions  que vous jouez dans votre navigateur et générer un squelette de scénario de test. Pour que cela fonctionne, il faut configurer un HTTP Proxy Server dans JMeter, puis aller dans la configuration du navigateur pour indiquer  le port du proxy et enregistrer le scénario. Si vous ne l’avez jamais fait, la procédure complète se trouve là http://jmeter.apache.org/usermanual/jmeter_proxy_step_by_step.pdf

Première chose, le HTTP Proxy Server n’est pas toujours sur un port pratique. Il est par défaut sur le port 8080, ce qui est ennuyeux si vous avez aussi un Tomcat sur la même machine. Le navigateur trouvera bien quelque chose sur le port 8080, mais ça n’est pas votre proxy.

Une fois le port changé et les options de filtrage configurées, je sauve cet élément en utilisant "Save Selection As …". Ceci permet de le réimporter plus tard en utilisant la fonction "Merge" dans le menu. Donc voilà, mon port est 4567.

 

Ensuite, il faut créer un profil dans Firefox qui passera toujours par Proxy sur le port 4567.

Il faut activer le Profile Manager car il n’est pas actif par défaut. La procédure varie selon les OS. Pour MacOSX, la procédure se trouve ici, pour Windows il faut ajouter -ProfieManager à la fin de  la ligne de commande du raccourci.

Au prochain démarrage, Firefox vous proposera de choisir un des profils existants et vous pourrez créer un profil JMeter.

Il y a un autre intérêt à passer par un profil spécifique. Vous laisserez ce profil vierge de tout add-on et vous éviterez ainsi de devoir configurer des filtres au niveau du proxy pour ignorer les requêtes émises en continu par ces extensions.

La prochaine fois, il n’y a plus rien à faire. Vous importez l’élément HTTP Proxy Server sauvegardé, vous le démarrez, vous lancez Firefox avec le profil JMeter et tout marche.