Devoxx 2011 et les femmes


« The absence of women in tech is the elephant in the living room, it must be discussed » – Tim Bray – Conference Day 2 Keynote – Devoxx 2011

Tim Bray a commencé sa keynote par ce constat et annoncé la session « Why we shouldn’t target women ». La salle 3 était pleine alors que nous attendions 20 personnes. Merci encore à Tim Bray pour sa keynote passionnante et pour nous avoir soutenu aussi efficacement.

Combien de femmes à Devoxx cette année ?

Pas des masses. 1% des participanta à Devoxx 2010 étaient des femmes. Le nombre n’est pas encore disponible pour cette année, mais il semble similaire.

Plus de femmes speakers en proportion cette année. Parmi les 167 speakers, 9 sont des femmes bien que 4 seulement aient donné des conférences ou des BOF techniques (Patrycja Wegrzynowicz Performance Anti-pattern in Hibernate, Lilli Thompson Cross platform game programming with PlayN, Birgitta Boeckeler Code generation at large, Sonya Barry BOF lessons from the java.net migration ) et 5 ont parlé lors du panel et du BOF sur les femmes dans l’IT ( Regina ten Bruggencate, Trisha Gee,Anna Gos, Kim Ross, Claude Falguiere )

Quatre speakers c’est plus que l’an dernier de toute manière. Inutile de blamer l’organisation Devoxx : peu de femmes dans l’IT conduit a peu de speakers feminins.

Les femmes sont de moins en moins nombreuses dans l’IT et les écoles d’informatique. Ce nombre a diminué de 40% dans les années 90 à  20% de nos jours. Pourquoi ? Quelqu’un a posé la question au panel. Malheureusement nous sommes les personnes les moins susceptibles de répondre à cette question et nous ne voulons pas faire d’hypothèses pour les autres. Vous trouverez plusieurs tentatives d’explication dans cet article  http://en.wikipedia.org/wiki/Women_in_computing.

Cette chute affecte aussi d’autres métiers scientifiques dans une moindre mesure mais à l’inverse le nombre de femmes dans le BTP augmente en dépit d’une image très masculine de ces métiers. Il est intéressant de noter que le nombre de femmes dans l’IT est de l’ordre de 50% dans les pays émergents en Asie, en Inde et au Brésil.

Un changement semble possible. Alors pourquoi nous ne devons pas cibler les femmes ?

Premièrement, est ce un problème de femmes ? L’absence de femmes est très visible. Mais d’autres minorités ne sont pas représentées non plus. Combien de speakers noirs ? 1. Combien de speakers agés …

Le secteur IT connait un problème de diversité. Il tend à cloner des hommes blancs jeunes avec le même type d’aptitudes.

Ce n’est pas seulement un problème d’équité. La diversité est nécessaire aux projets. Les projets IT nécessitent un mélange d’exploration de nouvelles technologie et de prudence, un mélange de rationalisation, d’imagination de communication, d’être en contact avec des utilisateurs aussi bien que des ops. L’IT a besoin de gens qui ont différents profils psychologiques et des trajectoires diverses.

Diversité des gens, diversité des emplois

Et si nous présentions l’IT comme une industrie avec un grand nombre d’activités qui vont du design à la programmation hard core, pour produire une grande variété d’applications, des sites webs, des applications pour smartphones aux systèmes de contrôle aérien ? Si nous présentions différents types d’informaticiens ?

! image-de-Geek : C’est fait

Quoi d’autre ?

Pourquoi pas une femme dans l’équipe parce que les femmes sont douées pour la communication, la conception d’IHM, ou quoi ce que ce soit d’autre ? Ce sont juste d’autres stéréotypes. Dans le panel, Kim aime être la maman de l’équipe, les autres non. Toutes les femmes n’aiment pas nourrir et soigner une équipe et à l’inverse certains hommes font cela très bien. Nous devons prendre en compte l’être humain pas la catégorie à laquelle il appartient.

OK mais alors comment pouvons nous accroître la diversité ?

Accueillir les nouveaux venus

Avez vous déjà essayé de vous joindre à un groupe de geeks débattant à propos du meilleur framework ? C’est intimidant, ils semblent si compétents. Les JUGs sont de bons endroits pour rencontrer des équipes de développement et découvrir des opportunités de postes intéressants. Mais les JUGs, particulièrement le ParisJUG parce qu’il est si grand, sont intimidants pour les nouveaux venus.

Accueillez les nouveaux venus. Aidez les à rentrer dans les discussions, préparez les sessions comme Duchess France le fait avant le ParisJUG, faites passer les informations que vous avez apprises dans les sessions précédentes, faites connaître les projets Open Source et aidez les à rejoindre ces communautés via des hackerspaces.

Le nouveau venu est une femme ? Génial ! Mais n’oubliez pas que les hommes aussi se sentent isolés et nouveaux.

Favorisez la confiance en soi

Les femmes manquent souvent de confiance en elles. Elles ne se sentent pas expertes, elles craignent d’être un mauvais speaker, elles ont peur de se surévaluer. Que pouvons nous faire  ?  Parrainer, travailler en paire sont des moyens de mettre le pied à l’étrier et d’améliorer la confiance en soi.

Et les filles, armez vous de courage et allez y. Parler à 50 personnes, apprendre de nouvelles technologies est inconfortable pour les hommes aussi. Mais ils n’en parlent pas  ;-)

De temps en temps vous échouerez. Vous réfléchirez aux raisons, vous vous améliorerez et vous recommencerez.

Vous tomberez sur des gars qui affirmeront fièrement que le cerveau des femmes n’est pas cablé pour faire de l’informatique. Vous avez choisi de travaillez dans l’IT parce que vous aimez ce job. Rappelez vous vos projets réussis. Même si c’est vrai (je ne suis pas neurologue) et que c’est plus dur, et alors ?  Certaines y sont arrivées et vous y arriverez aussi.

Vous tomberez sur des speakers qui montreront des images blessantes comme dans le « Duct Tape talk » à Devoxx 2011 ( http://www.slideshare.net/ertmanb/devoxx-building-nextgeneration-enterprise-applications-in-java ). Ne vous sentez pas rejetées. Tout le monde pense que montrer des femmes dénudées dans un talk technique est inapproprié. Les plaisanteries sont amusantes autour d’une bière mais pas quand la cible ne peut pas répondre.

Les monde est rempli de stéréotypes. Préparez vous à expliquer encore et encore qu’il y a des femmes dans l’IT et à montrer ce que vous savez faire jusqu’à ce qu’il y ait suffisamment de femmes pour casser ce stéréotype.

Etre parent

Une des choses que les femmes doivent gérer est la maternité et le fait d’élever des enfants.

Au lieu de rejeter les femmes parce qu’elles ont des enfants, nous devrions adapter cette industrie aux parents, en particulier les heures de travail. Antonio nous a montré que même les hommes veulent passer du temps avec leurs enfants.

Proaction pour la prochaine génération

Les auditeurs ont posé beaucoup de questions sur la pro-action. Doit on être pro-actifs sur l’emploi des femmes ? Doit on donner des tickets gratuits à toutes les femmes à Devoxx ?

Les actions positives sont souvent de mauvaises idées. Elles créent des inégalités. Certains hommes se sont plaint des files d’attente aux toilettes côté hommes alors que côté femme la file était vide. Qu’auraient ils dit si la fille à côté d’eux n’avait pas payé sa place ?

De plus les quotas peuvent amener à promouvoir des personnes qui ne sont pas qualifiées pour atteindre le quotas. Quelqu’un a posé une question sur comment se comporter avec un boss femme et plus jeune que soi. Est qu’elle était jeune et une femme, ou simplement pas encore préparée à ce job ?

Les gens apprennent par l’expérience. Les femmes doivent avoir des carrières normales, apprendre, devenir la personne la plus qualifiée et promues parce qu’elles méritent le poste. C’est la même chose pour les conférences. Ce serait une mauvaise idée de propulser des femmes qui n’ont jamais fait de présentations directement à Devoxx. Des tas de présentations données par des hommes sont mauvaises, mais une mauvaise présentation faite par une femme sera plus visible.

Vous voulez toujours être proactifs ? Préparez le futur.

Nous voulons tous voir de nouveaux visages dans les conférences, que ce soit des femmes ou des hommes. J’ai parlé à de nombreux JUG Leaders qui veulent amener plus de femmes dans leurs JUGs. Et bien vous les JUG Leaders avez la difficile tâche de promouvoir de nouveaux speakers et les faire connaître. Demandez aux femmes que vous connaissez de faire des présentations.

Les JUGs sont des lieux où il est facile de commencer comme speaker car l’audience est réduite et que l’enjeu est faible. La présentation peut être donnée plusieurs fois dans divers lieux, ce qui permet de peaufiner les slides, d’améliorer ses capacités de speaker, contrôler la durée de la session …

Si vous êtes un speaker expérimenté, faites un duo ou parrainez de nouveaux speakers. Vous voulez être speaker ? Etudiez les talks de bons speakers et cherchez un mentor pour vous accompagner. Vous êtes dans une équipe, accueillez les nouveaux, amenez les à votre JUG, parlez aux étudiants.

Malheureusement le nombre de femmes dans l’IT est limité par les nombre de femmes qui ont choisi d’étudier l’informatique.

Les raisons peuvent être profondes et remonter à l’enfance. Apprenez aux enfants, filles et garçons, à être curieux, apprenez leur l’informatique via des jeux, à construire des objets. Inculquez leur l’intérêt pour les sciences et les choses merveilleuses quelle permet de produire

 

Ce sont quelques réflexions sur les sessions women in IT à Devoxx 2011. N’hésitez à me faire part de vos retours via les commentaires.

Trisha Gee a aussi écrit un post sur ces sessions Why We Shouldn’t Target Women. Merci à Trisha pour la relecture de mon article en anglais.

Le post de Tim Bray’s surDevoxx 2011 Geeks Gather in Belgium

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s